« Est-ce que les équipes du client font partie de Collaborative People ? »

//
Comment0
/

La réponse à cette question (qui nous est probablement posée en raison du flou naturel qui entoure les contours exacts de Collaborative People) est « idéalement oui », ne serait-ce qu’en raison de l’expertise métier nécessaire au succès de la mission.

Nous essayons cependant d’aller plus loin. Le client est associé à la démarche dès la phase « commerciale » d’une mission de conseil : la proposition est co-construite au cours de réunions de travail où le périmètre, la méthodologie, l’équipe projet et le budget sont définis selon des logiques de synergie et d’agilité. De ce fait :

  • Si une personne employée chez le client présente un profil permettant d’améliorer le rapport (Expertise x Pertinence x Convivialité) / Coût de la mission, alors il est souhaitable de l’intégrer à l’équipe et prévoir les jours d’intervention nécessaires dans le calendrier de la mission.
  • Cela vaut également pour des prestataires experts ne participant pas aux discussions initiales, du moment que l’économie du projet reste équilibrée.
  • Le budget est construit brique par brique, module d’analyse par module d’analyse, en collaboration avec le client, en incluant un chiffrage des efforts côté client.
  • La mission doit prévoir l’après-projet: comment favoriser l’appropriation des outils par le client au terme de la prestation, de manière à réduire les coûts de reproduction de la démarche, et permettre de passer à d’autres sujets ?

Le business modèle de Collaborative People est structuré de telle manière qu’il y a peu d’intérêt à internaliser un maximum de travaux en son sein. Il faut repérer finement les meilleurs profils possibles pour répondre aux différents besoins d’expertise de la mission (un peu comme dans Ocean’s Eleven, avec évidemment quelques nuances).

Afficher l'image d'origine