Quand les experts en politiques de développement territorial rencontrent ceux en impact socio-économique

//
Comment0
/

Les rapports d’évaluation de politiques nationales et territoriales parviennent très bien aujourd’hui à analyser la cohérence des systèmes et des résultats, mais constituent rarement une aide à la décision via la mesure quantitative des impacts et de l’amélioration de la qualité de vie des parties prenantes bénéficiaires. Or…

  • par la construction dès le départ des bons outils d’analyse ex-ante, in itinere et ex-post, par la synthèse des données remontées…
  • par les citoyens et les entreprises, et disponibles dans l’espace public…

il est possible d’éclairer les décisions par le prisme des impacts quantitatifs, au regard des ressources publiques engagées (ex. emplois directs et indirects par M€ investi), puis éventuellement de rectifier le tir.

 

Le débat public sur les grands projets d’aménagement (Notre-Dame-des-Landes, Center Parcs) est nourri d’estimations des impacts directs (éventuellement indirects) en théorie (ex. « le site mobilisera X salariés directs, indirects et induits ») mais manque de vision sur l’insertion du projet dans le tissu socio-économique local. Or, par une compréhension fine de l’appareil productif local et du niveau de vie des différentes catégories socio-professionnelles du territoire, il est possible d’enrichir la qualité du débat public en évaluant dans quelle mesure la proposition de valeur (théorique) du projet rencontrerait un intérêt réel de la part des populations locales.

 

La communication auprès des élus et citoyens de la part des organisations portant des missions d’intérêt général est rodée sur les millions et milliards d’euros engagés,  mais pas encore sur les effets concrets sur le quotidien des citoyens. Or, par une communication recentrée autour des impacts sur les catégories de bénéficiaires finaux de l’action publique (ex. mal-logés, usagers des transports, travailleurs du BTP), il est possible de favoriser, avec des termes plus parlants, l’appropriation de l’action publique par les acteurs du territoire.